Les lambeaux libres sont la modalité de reconstruction la plus aboutie pour les pertes de substance de la face et du cou, notamment après résection de cancers étendus.

Le principe consiste

- à prélever un tissu autologue (tissu du patient lui-même) à distance de la perte de substance

- à le transférer au niveau de cette perte de substance

- et à le connecter à des vaisseaux du cou par microsutures pour assurer sa vitalité.

Des exemples de zones "donneuses"

- face antérieure de l'avant bras, c'est le "lambeau chinois" ou antebrachial 

- la jambe avec un lambeau cutané et osseux (péroné)....

Différentes zones anatomiques peuvent ainsi être reconstruites:

- langue

- voile du palais

- palais dur

- mandibule ...

Exemple de reconstruction de langue par lambeau "chinois"

Exemple de reconstruction du voile du palais après résection quasi complète par lambeau "chinois"

Il permet une alimentation normale sans reflux par le nez, sans troubles de l'élocution

Les séquelles au niveau de la zone de prise de greffe sont acceptables et ne compromettent pas la fonction (mouvements de la main, marche ...)

Séquelles cosmétiques zone donneuse d'un lambeau antebrachial (lambeauu chinois)
 

Aspect de la zone donneuse

d'un lambeau chinois ou antebrachial

La problématique de ces lambeau libres est de leur assurer une perfusion correcte, au risque de nécrose,  

 

 - Les premier contrôles  ont  lieu pendant l'intervention

       * juste après la levée du lambeau

          alors qu'il est encore vascularisé par ses vaisseaux habituels dont il n'a pas été détaché

       * après la réalisation des sutures sur les vaisseaux receveurs

 - Les autres contrôles ont lieu en post-opératoire. Il sont très réguliers.

    En effet en cas de souffrance du lambeau, il faut réintervenir très rapidement pour vérifier les sutures, les refaire si nécessaire, .      au risque de "perdre" le lambeau

L'appréciation de la vitalité du lambeau  est avant tout clinique: chaleur, coloration, volume, présence d'un pouls capillaire (recoloration lambeau à la levée d'une pression avec le doigt), punctures pour vérifier "s'il saigne" ...

La difficulté en ORL c'est qu'une fois l'intervention terminée, certains de ces lambeaux ne sont plus accessibles à la vue .

On peut aussi utiliser des techniques instrumentales.

Elles sont nombreuses, ce qui rend bien compte de la difficulté de trouver le système idéal: étude du flux dans les vaisseau par écho doppler, scintigraphie , imagerie de fluorescence ...