Pour les professionnels

Les cancers de la cavité buccale et l'oropharynx

(région des amygdales, du voile du palais, ...) 

sont liés à l'alcool et au tabac,

mais peuvent aussi être d'origine virale ( HPV: Human Papilloma Virus)

particulièrement pour la région des amygdales palatines et de la base de la langue. 

Les premiers signes d'appel sont

des douleurs spontanées dans la bouche,

aggravées ou apparaissant à l'alimentation, 

la constatation d'un ulcération qui ne guérit pas,

une sensation d'accrochage des aliments à la déglutition,

des douleurs de la région de l'oreille, sans otite,

parfois une boule dans le cou sous la mâchoire. 

A l'exception de la base de langue,

l'examen de cette région est facile pour l'orl

qui met en évidence une lésion suspecte.

Exemples de cancers de la buccale et de l'oropharynx)

              Pour public averti seulement !!!

Le bilan permet d'affirmer le diagnostic

par des prélèvements (biopsies) sous anesthésie générale dans certains cas 

et un ensemble d'examen d'imagerie (échographie, scanner, IRM)

Le traitement repose sur la radiothérapie, la chimiothérapie, la chirurgie

utilisée isolément ou en association, en fonction du stade.

Lorsque la chirurgie est choisie, elle associe l'exérèse de la tumeur

et l'ablation des ganglions du cou (c'est le curage ganglionnaire).

Pour les petites tumeurs, sans ganglion identifié à l'examen clinique

ou lors des examens d'imagerie,

on peut éviter l'ablation de principe des ganglions du cou

par la  stratégie du ganglion sentinelle 

L'exérèse de la tumeur se réalise si possible par voie transorale,

parfois à l'aide de robots

Dans de nombreuses situations il est encore nécessaire d'intervenir par une incision dans le cou avec parfois une section de la mandibule qui sera ensuite synthésée par des plaques de titane, à l'instar de toutes les fractures osseuses.

La reconstruction est essentielle

pour garantir une qualité de vie satisfaisante après le traitement.

Elle est indissociable de la chirurgie d'exérèse.

Elle utilise des lambeaux

- locaux,

- ou régionaux

- ou très à distance de la zone opératoire.

Ils sont alors transférés sur le site à reconstruire. 

Leur intégration nécessite qu'ils soient connectés aux vaisseaux du cou :

il s'agit des lambeaux libres microanastomosés

Exemple de reconstruction

du plancher de la bouche

par un lambeau local de joue.

Dans certains cas un sacrifice osseux est nécessaire.

La reconstruction par plaque de titane n'est plus proposée de première intention, sauf cas particulier.

On préfère maintenant

- ,des transplant osseux vascularisés libres 

- avec microsutures vasculaires

- et planification préopératoire assistée par ordinateur. 

Ils reproduisent au mieux l'anatomie

et permettent de conserver une fonction masticatoire correcte. 

Les procédures chirurgicales sont réalisées, en équipe pluridisciplinaire. (

ORL, chirurgie maxillofaciale et chirurgie réparatrice)

Exemple de projet de reconstruction de la mandibule

par péroné (os de la jambe)

Fiches d'information de la Société Française d'ORL