La stratégie du ganglion sentinelle

Dans les cancers développés au niveau de la gorge, outre le contrôle de la tumeur, celui des ganglions du cou, dans lesquels elle se draine, est indispensable. 

Lors du bilan, l'examen et l'imagerie ne mettent parfois pas en évidence de ganglions atteints. 

Cependant le risque d'une atteinte ganglionnaire microscopique n'est pas exclu.

De ce fait il est classique de réaliser un curage dit prophylactique, pour éviter que ne se développe ultérieurement une récidive de la maladie au niveau des ganglions.

Cependant

- l'analyse du curage ne retrouve pas toujours d'atteinte ganglionnaire,

- un curage n'est pas anodin (cicatrice, risque d'atteinte nerveuse, d'écoulement de lymphe, ....)

- et augmente notablement le temps opératoire.

La question s'est posée de diminuer le nombre de ces curages "inutiles".

La stratégie du ganglion sentinelle permet de répondre à cette problématique pour de petites tumeurs de la cavité buccale et de l'oropharynx.

1. Quel  est le principe?:

Ne prélever que le 1er relais ganglionnaire de drainage de la tumeur et l'analyser.

* S'il est négatif on considère que les autre ganglions du cou sont indemnes d'atteinte métastatique microscopique

et le curage n'est pas réalisé.

* Dans le cas contraire le curage est réalisé selon les principes habituels.

 

2. Quelles est la technique ?

Le problème est de repérer ce 1er relais ganglionnaire. On le fait en 2 étapes:

- 2.1 en préopératoire, la veille de l'intervention,  

on injecte autour de la tumeur,  un marqueur radioactif

Il va suivre les voies lymphatiques jusqu'au premier ganglion: c'est le ganglion sentinelle.

 

 

 

 

Celui-ci est identifié par un détecteur qui repère la radioactivité dans le ganglion.

C'est la lymphoscintigraphie.

En fusionnant les images avec un scanner,

on a de plus un repérage anatomique très fiable.

Une marque est faite sur la peau en regard du ganglion sentinelle

pour faciliter le repérage au moment de l'intervention

 

 

 

 

- 2.2 le jour de l'intervention,

 

Après résection de la tumeur,

le chirurgien, à l'aide d'un détecteur portable stérile,

repère à travers la peau la zone de radioactivité la plus élevée qui correspond à celle du ganglion sentinelle. 

Il aborde le cou par une incision limitée, à l'aplomb de cette zone et progresse en s'aidant du détecteur.

La dissection est donc limitée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le ganglion est alors envoyé en analyse, le plus souvent différée, à la recherche de micrométastases

ou de cellules en transit ( ITC = In Transit Cells).

Pour en savoir plus